Les Marabouts se sont trompés, de Aïcha Diarra

Image

les marabouts se sont trompésQuatrième de couverture : Les trois récits qui composent ce recueil de nouvelles nous plongent dans l’enfer de la polygamie et des choix de vie ratés. Les personnages, adultes comme jeunes, sont victimes de la violence et de la précarité. Ils perdent toute maîtrise sur la conduite de leur vie et leur désarroi les conduit de marabouts en devins, dans l’espoir de modifier le cours de leur destinée. La solution envisagée en fin de compte par les uns et les autres, pour échapper aux croyances rétrogrades, à l’échec de la famille, du système éducatif et de la gouvernance passe par la révolte la plus extrême, plus souvent par la  migration vers l’Europe, quel que soit le prix à payer.
Ces récits sont empreints d’un réalisme cru, où la naïveté des protagonistes les jette dans les bras des marabouts et devins, dans une société en perte de repères.

L’auteur : Aïcha Diarra est la plus jeune écrivaine malienne pour avoir publié son premier livre à l’âge de 17 ans. Comme footballeuse, elle a remporté avec son équipe de Bamako, en 2008 en Norvège, la Coupe du monde des moins de 14 ans. Spécialiste en marketing et en infographie, Aïcha est Directrice Exécutive du Mouvement Malivaleurs et Commissaire aux Relations Extérieures du centre PEN Mali.

Parution : 2017

ISBN 978 99952 70 35 3

Couverture :  La Sahélienne

Acheter le livre :
- Dans tous les points de vente des éditions La Sahélienne

 

Quand les Cauris se taisent, de Fatoumata Keita

Image

Les cauris.....Quatrième de couverture :Nana (Sous fer, 2013), désormais étudiante en médecine et croyant tenir les rênes de sa vie, se retrouve confrontée à de nouvelles épreuves, tandis que Titi voit sa vie conjugale remise en question par la perspective de l’arrivée d’une seconde épouse. Kary, le migrant, est confronté quant à lui à la désillusion lorsqu’il réussit, à la suite de maintes aventures, à atterrir en France. En sociologue avertie, Fatoumata Keita questionne l’évidence de la polygamie et du lévirat. Quelle place pour le bonheur, l’amour, la fidélité à soi et à ses ambitions propres, pour des femmes auxquelles la société coupe les ailes au nom des traditions ?

Quand les cauris, ces coquillages dans lesquels on peut lire l’avenir, se taisent, Nana se sent perdue, face à une destinée qu’elle veut différente.   Á travers les nombreux personnages féminins dont Fata, Nana, Titi, Tara, nous sommes entraînés dans une profonde incursion au cœur d’une société rurale mandingue qui semble figée, dont les traditions sont remises en cause par le besoin de changement.

L’auteur : Fatoumata Keita est titulaire d’une maîtrise en socio-anthropologie et d’un DEA en socio-économie du développement. Son riche parcours professionnel l’a  conduit à travailler dans l’ONG EDC, Education Development Center. Comme romancière, Fatoumata Keita vient d’inscrire son nom en lettres d’or dans la bibliographie africaine avec sa trilogie : Sous fer, 2013 ; Quand les cauris se taisent, 2017 ; Les mamelles de l’amour, 2017.  Elle est lauréate du prix Massa Makan Diabaté 2015 de la Rentrée littéraire et du  2ème prix du meilleur roman féminin en Afrique de l’Ouest, 2015 avec Sous fer.

Parution : 2017

ISBN 978 99952 70 61 2

Couverture :  Aicha Diarra

Acheter le livre :
- Dans tous les points de vente des éditions La Sahélienne

Pélérinage Hadj 2015, de El Hadj Almatar Mahamar Touré

Image

Almatar 2Quatrième de couverture : Le hadj 2015 a vivement marqué les esprits des musulmans et, au-delà, le monde entier avec le drame survenu à Mina qui a provoqué la mort de plus de 2300 pèlerins et entraîné des milliers de blessés et de handicapés à vie. L’auteur de ce récit y était, en compagnie de son épouse, tous deux coincés au milieu de milliers de pèlerins au plus fort de la bousculade meurtrière. Il raconte avec force détails, comment ils l’ont vécu, et comment ils s’en sont sortis par la grâce d’Allah sans avoir subi la moindre égratignure. Au-delà du drame de Mina, c’est le tout le circuit du hadj qui est expliqué avec un bref aperçu des grands événements qui ont marqué l’histoire de la religion musulmane. Ce livre constitue certainement un vrai guide pour les futurs candidats au pèlerinage à la Mecque.

L’auteur : Né vers 1958 à Bamba, Cercle de Bourem, Almatar Touré est titulaire d’un diplôme en Informatique délivré par RESAFAD, d’un diplôme en Comptabilité et en Gestion d’Entreprise obtenu à l’Institut des Technologies Appliquées d’Afrique « I.T.A BAMAKO», il est l’auteur du roman. De L’ amour à la foi , La Sahélienne , 2016.

Parution : 2017

ISBN  978 99952 70 47 6

Couverture :  Aicha Diarra

Acheter le livre :
- Dans tous les points de vente des éditions La Sahélienne

Le pari de la décentralisation au Mali, de Dr Abdoulaye Sall

Image

DR SALLQuatrième de couverture : La décentralisation reste encore à ce jour perçue comme l’un des meilleurs moyens d’assurer, et de réussir le développement humain durable. Elle est encore l’objet de toutes les attentions car son approfondissement est la voie choisie par les autorités nationales, les collectivités territoriales, les populations, les partenaires techniques et financiers, pour sortir, définitivement, le pays de la crise politico-institutionnelle et sécuritaire issue des évènements tragiques de mars 2012.

L’auteur : Né en 1948 à Kayes au Mali, le Dr Abdoulaye SALL est diplômé de l’ENSUP  de Bamako, d’un DEA en Economie et Droit du Développement et un Doctorat d’Etat à l’Université de Nice en France. Le Dr Sall a occupé successivement les fonctions d’attaché de Cabinet au Ministère des Sports, des Arts et de la Culture, de Conseiller Technique au Ministère de Tutelle des Sociétés et Entreprises d’Etat, de Directeur Général, puis Président-Directeur Général de l’Office des Produits Agricoles du Mali, etc. Il est Président du Cercle de Réflexion et d’Information pour la consolidation de la démocratie au Mali (Cri-2002) qui a reçu de Transparency International le Statut de Contact National au Mali. Dr Abdoulaye SALL fut  Ministre des Relations avec les Institutions de 2011 à 2012.

Parution : 2017

ISBN  978 99952 70 53 7

Couverture : Moussa Gansoré et Aicha Diarra

Acheter le livre :
- Dans tous les points de vente des éditions La Sahélienne

Ruptures, de Mamoudou Thiero

Image

ThieroQuatrième de couverture : Le Lima est un pays sahélo-saharien en voie de développement au passé glorieux qui, après son indépendance, a connu un régime politique socialiste étouffant suivi d’une longue dictature militaire. L’avènement de la démocratie suite à une révolte populaire suscita beaucoup d’espoirs. Une amélioration notable des conditions socio-économiques des populations a été observée suite à l’ouverture démocratique et au libéralisme économique qui s’en est suivi. Cependant, cette démocratisation s’est aussi accompagnée d’une mal gouvernance chronique sur tous les plans, qui conduira le pays à la plus grave crise sécuritaire et politique de son histoire récente, suite aux attaques des groupes armés séparatistes et jihadistes. ‘‘Ruptures’’ présente dans une démarche diachronique l’évolution politique contemporaine de ce pays à travers un grin, celui de Brin. Un des membres de ce grin, devenu milliardaire de la démocratie, fut pris de doute et se convertit ensuite en leader charismatique de la cause des sans voix, de la lutte citoyenne pour la justice, l’équité et la bonne gouvernance.

L’auteur : Mamoudou Thiéro est un médecin de santé publique qui a fait ses études de médecine générale en Algérie et de santé publique en Belgique. Il a exercé dans le Centre de santé de référence de Sikasso où il fut médecin-chef avant d’être recruté en 2004 par l’Organisation Mondiale de la Santé pour le bureau du Tchad où il exerce depuis. Le docteur Thiéro est l’auteur de plusieurs études et publications dans le domaine de la santé publique. Il signe ici son tout premier roman.

 

Parution : 2017

ISBN 975 99952 70 45 2

Couverture : Aicha Diarra

Acheter le livre :
- Dans tous les points de vente des éditions La Sahélienne

 

Systèmes éducatifs en Afrique, de Daouda TEKETE

Image

TEKETE 2Quatrième de couverture : L’ éducation en Afrique et/ou pour l’Afrique, ressemble aux chemins tortueux du martyre à la recherche d’un mieux-être. Chaque pays africain s’inspire des expériences de son plus récent colonisateur et/ou des Etats unis d’Amérique. La pratique depuis les indépendances a été de calquer les systèmes éducatifs sur le modèle des institutions éducatives occidentales, sous le prétexte fallacieux de les rendre plus compétitifs. Si les ancêtres sont censés poser les jalons pour la postérité, imposer aux africains l’oubli de leurs ancêtres, c’est à coup sûr, leur imposer de se resocialiser à l’image de l’Occident. Cette démarche passe par la promotion des croyances et des valeurs occidentales, mais aussi par la négation des valeurs africaines. La créativité des peuples africains a souffert des chocs avec l’extérieur, au point qu’ils en sont arrivés à douter de leurs propres capacités créatrices. La réhabilitation et la réanimation de l’inventivité des peuples africains nécessitent une réorientation et une meilleure distribution de l’éducation de façon à la rendre productrice de culture. Cette fonction de l’éducation est fondamentale et constitue aujourd’hui une priorité absolue pour l’Afrique.

L’auteur : Daouda TEKETE est journaliste à l’Office de Radiodiffusion Télévision du Mali. Diplômé de l’École Supérieure de Journalisme de Paris puis de l’Université d’État de Léningrad en ex-URSS, il a exercé des fonctions de conseiller dans différents cabinets du Ministère de l’Éducation Nationale entre 1991 et 2013. Il est l’auteur d’un premier éssai intitulé  « Média, école et éducation citoyenne en Afrique » (La Sahélienne, 2016)

Parution : 2016

ISBN 978-99952-70-31-5

Couverture : Moussa Gansoré

Acheter le livre :
- Dans tous les points de vente des éditions La Sahélienne

Jigintan ou Les ruchers de la capitale, de Ismaila Samba Traoré

Image

ruchersQuatrième de couverture : Jigintan ou Les Ruchers de la capitale est considéré par les critiques littéraires comme s’inscrivant dans la critique des indépendances. Le roman décrit le processus de peuplement d’une banlieue spontanée, progressivement surgie aux flancs d’une grande ville africaine, mais qui peine à vivre. Sa population constituée pour la plupart de gens ayant peu de ressources, se trouve prise en étau entre les spéculateurs fonciers avides de gains et les pouvoirs politico militaires qui en font des supplétifs pour les manifestations de soutien à leur régime.
Un roman bâti sur la rumeur, la manipulation, la précarité, la révolte.

L’auteur : Après ses études universitaires de communication, d’anthropologie et de littérature, Ismaïla Samba Traoré a  travaillé dans différentes structures de l’administration malienne tout en se consacrant à des travaux de recherches sur l’histoire locale et les dynamiques migratoires.

Parution : 2016

ISBN  978 99952 70 42 1

Couverture : Aicha Diarra

Acheter le livre :
- Dans tous les points de vente des éditions La Sahélienne

Paroles de femme, de Fatoumata Coulibaly

Image

FCL’auteur : Née le 11 Février en 1958, Fatoumata Coulibaly a effectué ses premiers pas à l’école fondamentale de Kati. Elle fut  secrétaire au service des Eaux et Forêts avant de s’envoler pour la France. De retour dans son pays, elle a été employée comme secrétaire au service des programmes de Radio Mali avant de devenir une présentatrice vedette de l’émission Huit Dix. Bien pétrie par les media, elle devint par la suite réalisatrice de films, journaliste et actrice de cinéma. En 2002, elle a remporté un concours organisé par INTERMEDIA  et le CIRTEF [Conseil International des Radiodiffusions Télévision d’Expression Française] pour former des femmes dans  la réalisation de films dans plusieurs pays. En 2008/2011, elle obtient une Maitrise en journalisme communication, suivie d’un Master en Gestion d’entreprise, option journalisme et communication.
Elle a joué dans plusieurs films, notamment ceux des réalisateurs Cheick Oumar Sissoko, Souleymane Cissé, Boubacar Sidibé, Salif Traoré, Sembène Ousmane, Daouda Coulibaly, etc. Elle a également remporté plusieurs prix en  Afrique, France, Espagne, Chicago, Canada,  Allemagne etc. Fatoumata Coulibaly prépare un doctorat en sociologie. Paroles de femme est son premier ouvrage.

Parution : 2016

ISBN 978 99952 70 39 1

Couverture : Aicha Diarra

Acheter le livre :
- Dans tous les points de vente des éditions La Sahélienne

Les Amants de l’Esclaverie, de Ismaila Samba Traoré

Image

les amantsQuatrième de couverture : La chaleur est torride étouffante la langue est sèche et la tête est lourde. C’est un pays de rocaille, de latérite chaude et rouge qui vous fait plisser les yeux…Au Sahel, deux jeunes captifs unis au-delà de la mort par l’amour et le désir de justice vont conduire une révolte des adolescents contre l’esclavage et l’ordre social inégalitaire qui règne. Ce récit, empreint de la poésie de l’oralité, est construit à la manière des chroniques traditionnelles d’Afrique de l’Ouest. Il raconte un monde où l’espoir d’une société meilleure traverse l’histoire et fait basculer les dictatures grâce au combat victorieux des « fils de la femme et de la rancœur ».

L’auteur : Ismaïla Samba Traoré est né à Bamako, Mali. Après ses études universitaires d’anthropologie et de sociologie de la littérature, il s’est consacré à l’étude des récits de tradition orale et des mouvements migratoires dans les sociétés du Sahel. Il signe ici un grand roman de révolte et de révolution sociale bâti autour de personnes qui naissent aux confluents de l’histoire et du mythe. Auteur d’études et de récits en français, il a également publié en bambara plusieurs ouvrages utilisés dans l’enseignement au Mali. En 1992, il a créé à Bamako les éditions La Sahélienne.

Parution : 2016

ISBN 978 99952 70 35 3

Couverture : Aicha Diarra

Acheter le livre :
- Dans tous les points de vente des éditions La Sahélienne

 

Être étudiant au Mali, Boubacar Sangaré

Image

etre etudiantQuatrième de couverture : Après avoir longtemps observé le monde de l’enseignement supérieur, un étudiant décide d’écrire des  chroniques, avec un ton singulier et une sensibilité étudiante. Au fil des pages, éclatent révolte et colère. Qui peut parler de la planète universitaire malienne sans crier, sans céder à la colère ? Corruption, piston, étudiants fictifs, salaires bas (pour les enseignants) et, pour clouer le bec à quiconque, les « Notes sexuellement transmissibles (N.S.T) ». Dans ces textes, qui ne reflètent que son point de vue dans lequel beaucoup se retrouveront, l’auteur nous dit encore quelque chose de plus grave : si « l’école est le reflet de la société », la planète de l’enseignement supérieur malien n’est rien de moins que le symbole d’une inconscience nationale. Ce livre est une invitation à la découverte des réalités tristes et ténébreuses qui ont achevé de précipiter le monde de l’enseignement supérieur dans le gouffre.

L’auteur : Boubacar Sangaré, né vers 1992 à Mopti, est étudiant en Lettres modernes à la Faculté des Lettres, des Langues et des Sciences du langage (FLSL) de Bamako. Il anime depuis 2012 le blog  « L’Etudiant Malien »  sur la plateforme francophone Mondoblog  de Radio France Internationale. Ancien collaborateur des journaux La Nouvelle Patrie, Le Pays, Le Flambeau et Mondafrique (Paris), il écrit pour Les Echos, Journal du Mali L’hebdo et Le Courrier du Maghreb et de l’Orient. Actuellement, il est Assistant de langue française à Bates College (Université, Etats-Unis).

Parution : 2016

ISBN 978 99952 70 02 5

Couverture : Aicha Diarra

Acheter le livre :
- Dans tous les points de vente des éditions La Sahélienne