Entre absence et refus d’enfant. Socio-anthropologie de la gestion de la fécondité féminine à Niamey, Niger, de Hadiza Moussa

Quatrième de couverture : L’incapacité ou le refus de donner naissance à un enfant sont sujets à la critique sociale : la trame existentielle d’une femme sans enfant met en lumière un enchaînement de sentiments et d’affects qui « brouillent » ses rapports à autrui.
L’étude de la pratique contraceptive met en lumière des positionnements divers qui témoignent de la prévalence de normes contradictoires et d’une « islamisation » progressive des mœurs qui réglementent la vie de famille. On est en présence d’une sujétion plurielle du corps féminin qui favorise a contrario une multiplicité de microstratégies « subversives » de l’ordre social. Cette ethnographie de la « sexualité inféconde » dévoile l’existence de rapports hiérarchiques socialement construits entre les sexes, une hiérarchisation qui influence de manière significative la vie reproductive des femmes.

L’auteure : Titulaire d’une thèse en socio-anthropologie de l’EHESS de Marseille, Hadiza Moussa a reçu une formation initiale d’institutrice. Elle a capitalisé une solide expérience dans les recherches touchant à la santé de la reproduction.
Au sein du LASDEL (Laboratoire d’études et recherches sur les dynamiques sociales et le développement local) dont elle est membre depuis 2003, elle travaille sur les interactions entre usagers et services publics en milieu médical, la décentralisation, l’État local, les pouvoirs locaux, la problématique de l’approche genre dans le développement local, les réformes en milieu scolaire.
Hadiza Moussa est enseignante à l’université Abdou-Moumouni de Niamey et membre du réseau Femmes, sciences et technologies (RFST) section du Niger.

Parution : Février 2012
Ouvrage coédité avec L’Harmattan

Acheter le livre :

- Dans tous les points de vente des éditions La Sahélienne
- Sur le site de l’Harmattan (version papier ou numérique)

Les commentaires sont fermés.