Coup de cœur 2018 Hommage à Salah Moulaye Ahmed, Pr Cheïbane COULIBALY

prof Cheibane sur le livre du Pr Sallah Moulaye AhmedCoup de cœur 2018

Hommage à Salah Moulaye Ahmed

Je n’ai pas pu résister à la tentation de vous faire partager mon coup de cœur 2018 pour l’ouvrage de Salah Moulaye Ahmed « Les 25 grandes idées qui ont marqué la science et changé le monde ». C’est incontestablement l’ouvrage que j’ai préféré parmi toutes les publications des auteurs maliens que j’ai eu la chance de lire.

En vérité, quand mon ami Chirfi Moulaye Haidara, frère de l’auteur et ami de l’éditeur, m’a demandé de lire le manuscrit et de les aider à « enlever les coquilles et redresser éventuellement certaines phrases », j’ai très vite oublié cette tâche : le livre était très bien écrit et le talent de conteur de l’auteur est bien ce qui sied à un ouvrage de « vulgarisation des sciences ». Ce livre m’a tout de suite fait penser au célèbre « Les découvreurs : d’Hérodote à Copernic, de Christophe Colomb à Einstein, L’aventure de ces hommes qui inventèrent le monde » de Daniel Boorstin.

Salah Moulaye Ahmed est sans aucun doute un érudit : l’ensemble de son œuvre (dont « L’apport scientifique arabe à travers les grandes figures de l’époque classique » commandité et édité par l’UNESCO) le montre clairement. Très vite, je suis devenu fier que de tels ouvrages aient été écrits par un Malien. Je m’en voulais de n’avoir pas connu plus tôt ce scientifique d’une  envergure hors du commun.

Au lancement du livre, j’eus quelque consolation : des personnalités présentes « avouaient » n’avoir pas connu plus tôt Salah Moulaye Ahmed. Cet homme de savoir est d’une si grande modestie ! Merci donc à La Sahélienne d’avoir édité son ouvrage.

Beaucoup de participants à la cérémonie ont souligné le caractère didactique du livre, notamment en matière d’initiation à l’étude des sciences.

Je me devais d’attirer l’attention sur l’utilité de cet ouvrage pour l’enseignement de l’épistémologie. Pour en convaincre les autres, j’ai invité l’auteur à parler de cette dimension de son œuvre en lui posant la question suivante : « Que pensez-vous de cette affirmation de certains épistémologues qui disent que plus la science avance, plus elle a du mal à répondre aux questions les plus simples comme par exemple qu’est ce qui permet d’expliquer le comportement d’un être humain ?».

Dans sa réponse, Salah Moulaye Ahmed a commencé par un long commentaire sur le philosophe allemand Martin Heidegger (1889 – 1976), considéré à tort ou à raison comme le plus grand philosophe du XXe siècle (de la philosophie occidentale, s’entend). Ce qui est certain, c’est que Heidegger est un des plus grands métaphysiciens de tous les temps.

Pourquoi parler de Heidegger ? Parce que voilà un homme qui a été témoin de la révolution scientifique opérée par la Physique quantique et la Théorie de la Relativité. Ces découvertes sur l’infiniment petit et l’infiniment grand, qui ont bouleversé notre conception du monde, n’ont pas ébranlé Heidegger dans sa foi en cette tradition philosophique basée sur la Métaphysique. Heidegger est convaincu que depuis Aristote, la philosophie occidentale n’a pas avancé d’un pas.

Il fait sienne la fameuse interrogation de Gottfried Leibniz « Pourquoi y-a-t- il quelque chose plutôt que rien ? », question à propos de laquelle il écrit : « Telle est manifestement la première de toutes les questions….. d’abord parce qu’elle est la plus vaste, ensuite parce qu’elle est la plus profonde, enfin parce qu’elle est la plus originaire »  (« Le principe de raison »). Heidegger prolonge l’ontologie de Parménide et restaure les relations entre philosophie et théologie. Il écrit en effet : « Sans cette provenance théologique, je ne serais jamais parvenu sur mon chemin de pensée » (in « Acheminement vers la parole »).

Heidegger semble ignorer superbement la rupture opérée par Descartes qui, à l’instar de Galilée qui symbolise l’affranchissement de la science naissante de la théologie, a affirmé l’autonomie de la philosophie par rapport à la théologie. Descartes instaure donc une autre tradition philosophique qui incorpore à sa démarche la révolution opérée par les progrès de la science. Cette tradition sera développée par les empiristes anglais (particulièrement Hume), les matérialistes français (les « philosophes des Lumières » dont Voltaire et Diderot) et au XXe siècle le « positivisme logique » (avec le Cercle de Vienne et avec Bertrand Russel).

Heidegger développe une démarche spéculative coupée de l’expérience. Mais ce qu’il faut mettre à son crédit, c’est qu’il pousse les scientifiques à poursuivre leur « rêve métaphysique » tout en sachant qu’il y a entre réalité et métaphysique une frontière que la science ne peut franchir. Pour Max Planck, le fondateur de la physique quantique, la métaphysique n’est pas au début de la science, elle est « le but inaccessible de la science ».

Le deuxième point important de notre réflexion sur les relations entre Heidegger et la science est cette phrase que Heidegger va lancer et qui va faire scandale : « La science ne pense pas ». Même en lisant toute la phrase de Heidegger, on n’est pas forcément mieux fixé : « Elle [la science] ne pense pas parce que sa démarche et ses moyens auxiliaires sont tels qu’elle ne peut pas penser. La relation de la science à la pensée n’est authentique et féconde que lorsque l’abîme qui sépare les sciences et la pensée est devenu visible et lorsqu’il apparait qu’on ne peut jeter sur lui aucun pont ». (« Qu’appelle-t-on penser ? »)

Mais Heidegger oblige les scientifiques à se demander ce que pense la science et si, à l’intérieur de l’activité du scientifique, il y a une pensée sur ce qu’il fait. Certains font la liaison avec la question de l’éthique en science en rappelant la célèbre formule de Rabelais « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ».

Les perspectives insoupçonnées que soulève la révolution scientifique opérée par la Génétique reposent brutalement la question de l’éthique en matière de recherche scientifique. Le fossé entre « intelligence artificielle » et « intelligence humaine » semble tellement se réduire qu’il n’y a plus qu’un petit nombre de gens qui croient que « plus la science avance plus elle a du mal à répondre aux questions les plus simples comme « Comment s’explique le comportement d’un être humain ? » ou encore « Comment nait une idée chez l’être humain ». Pour beaucoup, répondre à ces questions n’est plus aujourd’hui qu’une question de temps.

La « métaphysique » est-elle finalement aussi inaccessible à la science que le pense Max Planck ? Les avancées de la technique du clonage semblent donner raison à ceux qui se posent cette question. Toujours est-il que les progrès réalisés aujourd’hui par la Génétique effraient tellement de décideurs qu’il y a de plus en plus de rencontres au niveau international pour instaurer et renforcer le « principe de précaution » en matière de pratique scientifique : il faut, par exemple, interdire les expériences de clonage d’êtres humains.

La polémique fait fureur à propos de ce principe dont certains contestent même le concept. Il est vrai que pour même le définir, les scientifiques prennent beaucoup de « précautions ». La plus grande contestation vient de certains scientifiques de pays pauvres qui estiment que le « principe de précaution » vise à empêcher ceux de ces pays qui ont quelques grands scientifiques de se hisser au niveau de pays qui dominent le monde. On ne peut s’empêcher, en écoutant ces scientifiques, de penser à la négociation-confrontation entre la Corée du Nord et les Etats-Unis de Donald Trump. 

Salah Moulaye Ahmed, en tant que scientifique et croyant, plaide passionnément pour la généralisation et surtout le respect par tous les scientifiques du « principe de précaution ».

Merci Salah Moulaye Ahmed pour l’ensemble de ton œuvre mais aussi pour ce lobbying. Au seuil du nouvel an, je souhaite que Dieu t’inspire pour d’autres ouvrages tout aussi instructifs !

Pr Chéibane COULIBALY                                                                                      Université Mande Bukari

(Bamako 7 Janvier 2019).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>