Comment meurt l’autre moitié du Mali, d’Abdoul Traoré, dit Diop

Quatrième de couverture : Après 50 ans d’indépendance, l’autre moitié du Mali se meurt et la simple décence interdit… de danser sur le corps de la moribonde. Mais comment donc se meurt l’autre moitié du Mali ? Comment en est-on arrivé là ?
Essentiellement à cause de la fausseté du contrat social qui fonde le pouvoir politique. Les leaders politiques, à quelques exceptions près, ont eu essentiellement comme préoccupation non pas la refondation d’une nation sur les valeurs qui avaient permis son émergence il y a quelques siècles, ni même sur les valeurs universelles qui autorisent le progrès, mais sur la parodie d’une renaissance faussement drapée dans les accoutrements d‘institutions de vitrine. Ce choix a abouti à une véritable crise du politique et par ricochet à une crise du social et de l’économique, donc au blocage de nos sociétés. Mais au-delà de la dénonciation, l’auteur propose des pistes de réflexion.

L’auteur : Abdoul Traoré, dit Diop, fut député à l’Assemblée nationale
du Mali, chirurgien et chef du département d’études et de recherche de chirurgie et spécialités chirurgicales de la faculté de médecine de Bamako. Il était également écrivain et homme de presse, membre de plusieurs sociétés savantes, initiateur ou membre
fondateur d’ONG, de réseaux et d’associations. Parmi eux : la coopérative culturelle Jamana, Solidarité Sida, la Fédération nationale des associations de santé communautaire (FENASCOM), le Club de Markala et le Réseau malien d’appui à l’intercommunalité (REMACO). Il est mort en 2012.

Parution : octobre 2011
En coédition avec l’Harmattan

Acheter le livre :
- Dans tous les points de vente des éditions La Sahélienne
- Sur le site de l’Harmattan (version papier ou numérique)

Les commentaires sont fermés.