Les manuscrits anciens du Mali, de Chirfi Moulaye Haïdara

Image

ChirfyQuatrième de couverture : Le présent ouvrage apporte de larges informations et des éclairages sur une approche positive des comportements à observer face aux exigences de la préservation de l’unité nationale, à la croissance des antivaleurs et de la lutte des «semblables». Cette approche se veut rationnelle afin d’accentuer l’intérêt à porter aux enseignements contenus dans les textes anciens du Mali pour recoudre le tissu social, peaufiner la culture de la recherche en vue de la construction d’une nation paisible et réconciliée avec elle-même.
Selon la sagesse africaine  » l’homme est le remède de l’homme  »

L’auteur : Natif de Tombouctou,  Chirfi Moulaye HAIDARA appartient à une famille ancienne et connue d’intellectuels. Féru  de culture générale, il a produit plusieurs ouvrages sur de vieilles métropoles de savoir du Mali. Par ailleurs, on lui doit  des contributions  d’actualité sous forme d’articles insérés dans la presse écrite.   Il  est  Président honoraire de diverses associations, membre de plusieurs jurys dont récemment le Jury d’attribution du prix Ahmed Baba pour la recherche scientifique autour des manuscrits. Il est  chevalier de l’Ordre National du Mali ,  Président du Comité Scientifique de l’ONG SAVAMA-DCI qui a pour mission de mettre en lumière le contenu des textes anciens pour le développement des sciences humaines, des sciences exactes et des savoirs traditionnels ancestraux.

Parution : 2016

ISBN  978 99952 70 34 6

Couverture : Aicha Diarra

Acheter le livre :
- Dans tous les points de vente des éditions La Sahélienne

L’aventure de Dame Chatte, de Yaya Diafara Sankaré

Image

dame chatteQuatrième de couverture : Petit Gata à 10 ans. Malgré ses vives protestations, son père jette sa fidèle compagne Dame Chatte, accusée à tort d’avoir  chipé du lait réservé à sa mère, dans un marécage. Sauvée par un homme d’une extrême pauvreté, Dame Chatte finit par sauver le roi Dambé du venin fatal d’un petit monstre. Devenu un véritable puits de science et de sagesse, Petit Gata réussit là où sorciers, magiciens et charlatans ont échoué. Il retrouve Dame Chatte qu’il croyait morte dans le marécage de Sambi. Pour lui et l’animal commence une nouvelle aventure.

L’auteur : Yaya Diafara SANKARE est né en 1954 à Konza dans l’arrondissement de Konna. Il fut enseignant de français, d’histoire et de géographie dans plusieurs écoles de Bamako et dans les structures d’éducation spéciale à l’Institut National des Aveugles du Mali, au Centre Médico-Psycho-Educatif de l’AMALDEME. Il fut également Directeur de l’école des Sourds de DigiyaKalanso (Cité UNICEF). Il a effectué plusieurs voyages à l’intérieur du Mali dans le cadre de la caravane du livre  « Etonnants voyageurs » et a reçu plusieurs prix littéraires (Théâtre au Mali, littérature africaine pour enfants avec l’Agence Intergouvernementale de la Francophonie (2e et 1er  prix). Il a effectué plusieurs missions à l’intérieur du Mali et dans la sous-région dans le domaine de l’éducation. Il est actuellement Directeur du Centre d’Animation Pédagogique (CAP) de Bamako-Coura.

Parution : 2016

ISBN 978 99952 70 29 2

Couverture : Aicha Diarra

Acheter le livre :
- Dans tous les points de vente des éditions La Sahélienne

LE PRINCE DE TÊNAN, de Dr Souleymane Seydou OUATTARA

Image

Honorable Quatrième de couverture : Ce roman autobiographique relate le vécu d’un jeune en quête d’identité. Il a grandi au village dans une société cosmopolite qui de par ses tares,  n’a pas permis une grande lisibilité dans l’identité de tous les peuples. Le fil des évènements  va lui faire découvrir ce qui en réalité n’est que la conséquence des politiques diverses exercées depuis la colonisation et ses autres aspects plus subtiles les uns que les autres, pour arriver aujourd’hui à la mondialisation. A travers donc le prisme de cette mondialisation,  on voit que les africains ont perdu les repères et ne sont plus à mesure de décider quoi que ce soit par eux-mêmes. L’étau continue à se resserrer autour de l’Afrique qui se retrouve à devoir toujours recommencer, éternellement, les dés jetés depuis ont livré un résultat ! Mais ce tableau quelque peu sombre ne doit pas faire perdre de vue que l’espoir est permis et que cet exemple pourra inspirer toute la jeunesse africaine, pour dire que dans la vie,  n’est gagné d’avance que ce que l’on aura construit soi-même.

L’auteur : Né le 14 Janvier 1962 à N’Gouinso, Arrondissement de Loulouni, Cercle de Kadiolo, le Docteur Souleymane Seydou OUATTARA est fils d’un ancien combattant. Il est diplômé de l’Institut de Médecine de Simféropol en Crimée/ Ex-URSS où il obtint un Doctorat en Médecine Générale en 1994, puis un Certificat d’Etudes Spéciales CES (DES) en Chirurgie Générale à la  Faculté de Médecine, de Pharmacie et d’Odontostomatologie de l’Université de Bamako en 2004. Promoteur de la Clinique Chirurgicale N’Gouinso et de l’Ecole de Formation des Infirmiers et Auxiliaires de Santé EFIAS à Sikasso, Il est Enseignant, Conseiller municipal et Député membre de la Commission Santé à l’Assemblée Nationale.

 

Parution : 2016

ISBN 978-99952-70-36-0

Couverture : Aicha Diarra

Acheter le livre :
- Dans tous les points de vente des éditions La Sahélienne

 

 

CRISES DE GOUVERNANCE Justice transitionnelle et paix durable au Mali, de Boubacar Ba

Image

Boubacar baQuatrième de couverture : Le présent ouvrage témoigne de l’évolution du processus de justice transitionnelle au Mali. L’année 2012 fut l’aboutissement des crises de gouvernances successives et des faiblesses sécuritaires et non le point de départ. Une des solutions fondamentales consiste à prendre en compte la justice transitionnelle qui vise des objectifs plus étendus que la justice classique, car au-delà de la sanction du fait criminel et de la réparation du dommage causé, elle recherche la reconnaissance de la vérité par toutes les parties afin que ce processus cathartique aboutisse à un pardon capable de renouveler la vie en commun. Cet ouvrage constitue une contribution notable dans la réflexion pour les réformes essentielles en matière de gouvernance et de justice transitionnelle après la crise de 2012.
L’auteur :Boubacar Ba est un juriste, diplômé de l’ENA du Mali en 1990. Ancien conseiller juridique à l’Opération de développement de l’élevage dans la région de Mopti et ancien assistant de recherche à l’Observatoire du Foncier, il a été coordinateur de l’ONG EVEIL. Depuis 2009, il est expert en prévention et gestion des conflits au PNUD Mali. Il est l’auteur de « Pouvoirs, ressources et développement dans le delta central du Niger », La Sahélienne /L’Hamattan, 2010

 

Parution : 2016

ISBN  978 -99952 -70 -05 -6

Couverture : Aicha Diarra

Acheter le livre :
- Dans tous les points de vente des éditions La Sahélienne

 

l’incroyable destin de Françoise, de Almatar Mahamar Touré

Image

ALMATAR TOUREQuatrième de couverture : Il s’agit de l’histoire vraie d’un amour hors du commun entre une dame d’un âge assez avancé : 56 ans, de la haute société française, bardée de diplômes et par ailleurs officier supérieur de l’Armée Française et un jeune malien de 24 ans, illettré jusqu’au bout des ongles et qui pour la première fois de sa vie s’en va à l’aventure à Abidjan.  Ces deux êtres  n’ont rien de commun, si ce n’est leur appartenance à la race humaine. Et comme c’est la dame qui est tombée follement amoureuse du jeune homme, elle doit trouver les moyens de parvenir à ses fins. C’est alors que l’intervention d’un troisième personnage, en l’occurrence l’oncle du jeune homme, s’avère plus que nécessaire pour faire se nouer deux destins totalement différents. Sa profonde connaissance de l’islam, de la culture occidentale et des coutumes du jeune homme va lui permettre de réussir ce pari fou qui consiste à réaliser un foyer qui va résister à toutes les épreuves grâce, notamment, à la force de l’amour basé sur une foi sincère. La naissance inespérée d’un beau garçon va finir par souder à jamais leur  foyer qui plie, mais ne rompt jamais malgré les multiples épreuves traversées. Au tour de ces deux destins hors du commun, d’autres destins vont se côtoyer, dont celui de l’auteur qui n’a eu son salut que grâce à sa foi inébranlable en Dieu.
L’auteur : Né vers 1958 à Bamba, cercle de Bourem, Région de GAO. Obtention du baccalauréat première partie en Sciences Biologiques avec mention assez bien, session de juin 1978 au Lycée Askia Mohamed. Obtention du baccalauréat deuxième partie en Sciences Biologiques avec mention passable en juin 1982 au Lycée de GAO, après la suspension. Fréquentation de l’Ecole Nationale d’Administration, Section Economie Générale. Titulaire d’un diplôme en Informatique délivré par le RESAFAD en 1991. Obtention d’un  diplôme en COMPTABILITE et en Gestion d’Entreprises à l’U NIVERSITE  BK à Kalabancoro à Bamako en 2012. Bénéficiaire de plusieurs stages et séminaires tant à Bamako qu’à l’intérieur du Mali.

Parution : 2016

ISBN : 978-99952-70-27-8

Couverture : Aicha Diarra

Acheter le livre :
- Dans tous les points de vente des éditions La Sahélienne

Saisons d’amour et de folies, de Traore Henriette Samaké

Image

HENRIETTEQuatrième de couverture :Récit intime dont les vers  font valser les mots en cascade, mettant en relief le désir fervent de la poétesse de jubiler une jeunesse épanouie, heureuse et nostalgique entourée par l’Amour des siens, de ses amis et de son Compagnon de grands chemins. Elle chante son amour pour ses parents, ses enfants, ses soeurs et frères, ses amis et surtout l’amour de sa vie, brusquement fauché par le coup du destin, l’Illustre disparu Chouaidou TRAORE à qui elle rend un vibrant Hommage. L’ouvrage brosse aussi succinctement les tristes expériences de la vie dont la séparation par la mort qui vient toujours comme un voleur dans la nuit. véritable hymne à l’amour, cette poésie expose aussi le désir profond de la poétesse de briser le silence de mort pour dénoncer la condition de la femme à travers les conceptions séculaires forgées par la société et ramène le commun des mortels à la raison sur l’émancipation de la femme.

L’auteur :Née le 24 Mars 1968 à Bamako, Traoré Henriette Samaké est Professeur d’anglais détentrice d’un BS en Management des Systèmes d’information et d’un MS en communication.  Elle a travaillé comme assistante administrative et traductrice, au projet Para/USAID Bamako de 1993 à 1995. Elle fut directrice de publication du Magazine Femme 2000. Fonctionnaire de l’Etat de New York, elle travaille aux Human  Resources Adminitration,  Department of Family Independence ) à New York.

Parution : 2016

ISBN 978 99952 70 30 8

Couverture : Aicha Diarra

Acheter le livre :
- Dans tous les points de vente des éditions La Sahélienne

Réussir sa vie de couple, DIAKITE Bani KEBE & Rose DIAKITE

REUSSIR SA VIE DE COUPLE 2Les auteures : Mme Diakité Adja Bani Kébé  est Promotrice  du label : Couple & Harmonie  et  conseillère Conjugale, Ambassadrice de la Paix, Chevalier de l’Ordre  National du Mali, Artisan  parfumeur : création de nouvelles senteurs.

Mme Rose DIAKITE est une Coach en développement personnel et en séduction, elle est également Conseillère Conjugale et Spécialisée en Coaching en féminité

Parution : 2016

ISBN 978-99952-70-18-6

Couverture : Aicha Diarra

Acheter le livre :
- Dans tous les points de vente des éditions La Sahélienne

Un éditeur face au principe de mémoire Par Ismaila Samba TRAORE, Directeur de La Sahélienne Edition, Président de PEN MALI/ Malivaleurs

Ici, nous vous proposons un texte de Ismaila Samba Traoré, Directeur de La Sahélienne Edition, éditeur du livre « Le Mali sous Moussa Traoré ». Le texte intitulé « Un éditeur face au principe de mémoire » doit contribuer à faire taire tous ceux qui attaquent, sans trop d’arguments, l’éditeur du livre « Le Mali sous Moussa Traoré ». Lisez !

Partout dans le monde, journalistes, écrivains et éditeurs remplissent leur mission de praticiens de l’écriture et passeurs des idées en élaborant des documents sur l’histoire politique des pays. Cela se traduit par différents types d’ouvrages : des biographies, des livres-bilan, des essais sur les concepts, des récits sur les mutations, les turbulences et les crises, des analyses et prises de position des personnalités publiques sur les grandes questions qui interpellent la nation.

Il arrive le plus souvent que l’homme politique rejoigne la grande famille des écrivains afin de mieux communiquer sa version des faits, son projet de société ou les arguments destinés à démonter les positions des adversaires politiques…

Partout dans le monde, la classe politique et les décideurs sont attentifs à ces -méninges qui font la force des nations qui progressent et des démocraties en construction.

Au Mali les acteurs politiques se sont peu livrés à cet exercice qui aurait pu permettre de mieux documenter les périodes de turbulences et les grandes mystiques fondatrices. Ils ont peu écrit sur les changements en douceur comme sur les révolutions, les expériences réussies et les échecs. Les hommes publics maliens n’écrivent pas sur leur action, à plus forte raison sur leur mandat lorsque vient le temps du bilan. Ils ne sont pas dans une culture de compte-rendu et cela à porté préjudice à la mémoire des faits et des évènements qui ont caractérisé la vie politique du pays. Cela a porté préjudice, dans tous les sens du terme, et nous a installés, nous maliens, dans une grande frustration.

C’est donc si difficile que ça d’écrire, pour un homme public ou politique qui a été au fait des grands dossiers de la République ?

Est-il si difficile que ça de consacrer quelques mois à écrire, pour tirer les enseignements d’une carrière, documenter les réussites et les échecs, faire le bilan afin que les successeurs connaissent l’histoire des équipements, des institutions, des réalisations en tous genres. Connaître l’histoire…pour ne pas en revivre les erreurs, comme nous l’enseigne Goethe !

Le Crédo de notre collection Mémoire

Au niveau des Editions La Sahélienne, du Mouvement Malivaleurs, du collectif d’écrivains PEN MALI, nous nous sommes toujours préoccupés de la problématique de la mémoire dans notre pays.

En parlant de mémoire, nous pensons à tous les fils de chaîne et de trame qui permettent de construire, dans la tolérance et le progrès, une société stable, consciente des erreurs et des errements à éviter, consciente aussi de ses valeurs fondamentales.

La collection mémoire s’intéresse aux Grands témoins. S’intéresse à la mémoire sociale et politique du Mali, à la fois pré coloniale, coloniale et post coloniale. Quel chantier immense ! Dit plus simplement, nous nous intéressons aux grandes pages de l’histoire politique, aux grandes fractures et aux mutations, au parcours des hommes et femmes de toutes catégories. Cela pourrait s’écrire avec vous, car vous êtes tous des écrivains virtuels, pour transcrire l’histoire de votre ancêtre, de la grand-mère ou du grand père qui vous ont enseigné les valeurs, de l’instituteur, du médecin de brousse, de l’ingénieur, du chef de village, du religieux, autant de figures qui ont marqué notre vie et celle de notre communauté, de notre pays. La collection met l’accent sur les défis individuels ou communautaires qui méritent d’être rappelés, les graves erreurs de vision politique qui nous ont entraînés dans la stagnation et les crises. Tout ça, au bout du compte, pour documenter nos compatriotes, susciter le débat sur les problèmes brûlants.

Ce que nous avons déjà réalisé dans ce domaine

Dès 2008, nous avions lancé une collection intitulée Dune verte, tournée vers la mise en évidence de la mémoire des sociétés nomades et sahélo sahariennes. Elle devait, comme cela fut écrit et annoncé, permettre l’émergence de leaders pacifistes afin que les porteurs de kalachnikov ne soient pas les seuls interlocuteurs…

A partir de 2012 nous avons monté une opération de recherche participative intitulée Transcrire la mémoire de la crise

Nous avons produit pas moins de 16 livres sur la crise malienne dont :

• Les indignés de Kati
• Le patriote et le Djihadiste
• Le processus d’occupation du nord du Mali,
• Justice transitionnelle et paix durable au Mali
• Petit chrono de la crise, etc

Nous avons organisé un concours intitulé Transcrire la mémoire de notre société en 2015 dont les résultats sont en cours de traitement.

Aujourd’hui, permettez que je salue les premiers auteurs de la collection Mémoire :

Gaoussou Diawara, Ladji Siaka Doumbia, Yehia Ag Ibrahim Haïdara, Boubacar Ba, Boubacar Mallé, Joseph Tanden Diarra, etc.

Ce livre a une histoire.

Le Pr Kanouté est un romancier, essayiste, poète et homme de théâtre qui a édité à La Sahélienne et à EDIS, des ouvrages remarquables. Je l’ai souvent taquiné en lui demandant d’écrire sur sa longue pratique du pouvoir politique sous la 2è République. Lorsqu’il m’a abordé en septembre de l’année 2015 pour me parler du projet qui nous réunit aujourd’hui, je lui ai donné mon accord de publication…C’était, je le répète, en septembre 2015. Notre maison d’édition a effectué toutes les tâches techniques et le livre a été imprimé en fin février 2016, pour une mise en librairie au tout début du mois de mars 2016. Je remercie les auteurs pour avoir fait confiance à La Sahélienne : Djibril Diallo, Oumar I Ba, Modibo Hallassi Sidibé, Pr Jean Bosco, Pr Singaré, Pr Abdramane Touré, Cheick Oumar Doumbia, Amadou Daouda Diallo, Souleymane Dembélé, et bien entendu Pr Oumar Kanouté.

Comme écrivain/éditeur, je considère que nous sommes en présence d’un document de qualité, bien écrit, présentant un enjeu certain pour le débat politique en cette période de crise : enjeu pour les jeunes qui n’ont pas connu le Mali sous Moussa, enjeu pour la classe politique, enjeu pour ses tombeurs bien entendu si l’on en juge par l’émoi suscité par la publication, enjeu enfin car nous nous trouvons en présence du plus grand succès de librairie de ce premier trimestre 2016, comme l’attestent le libraire Ba, du Grand Hotel que nous avons interrogé à ce propos. Avant même le lancement officiel de ce jour, il est presque épuisé et les libraires et distributeurs se frottent les mains.

A propos du débat, d’aujourd’hui et ceux à venir, sous l’égide de La Sahélienne ou pas         Nous avons l’espoir que la sortie de ce livre soit l’occasion d’échanger, et surtout que le livre et l’écrit fournissent l’occasion à nos compatriotes d’entrer dans un des plus grands débats de l’année…ce qui n’est pas souvent arrivé.

Pourquoi pas un grand débat entre les parties prenantes ? En ce qui nous concerne, à La Sahélienne, à cette étape, nous considérons que des auteurs ont écrit sur une page d’histoire politique de notre pays et nous assumons notre responsabilité d’éditeurs soucieux de donner la parole à tous. Que d’écrits « politiques » n’avons-nous publié depuis quelques années ! Et nous allons continuer.

Il nous faut nous rappeler que depuis quelques années, politiques, sociétés civiles et communautés débattent et brandissent le slogan : DIALOGUE RECONCILIATION.
Ces concepts reposent sur une nécessité vitale pour le Mali. Le débat rouvert par ce livre nous semble être un puissant baromètre, pour mesurer le degré d’engagement de nos élites, politiques et autres, par rapport à l’avenir, aux nouvelles générations.

Pour terminer

Je voudrais, pour terminer, inviter les universitaires et les enseignants chercheurs à aider notre pays et notre société à sortir de la terrible misère politico-intellectuelle qui est la nôtre. Disant cela, permettez que je montre en exemple l’un de nos plus grands intellectuels, j’ai nommé le Recteur Joseph Tanden Diarra, qui vient de produire un document que nous allons publier bientôt dans la collection Mémoire : Dibi Silas Diarra, correspondances de prison.

Pour mémoire Dibi Silas Diarra est ce brillant capitaine de l’armée malienne, gouverneur de la région de…..au moment du coup d’état de 1968, qui sera arrêté par la junte en 1969 pour tentative de coup d’état. Il mourra en détention en 1972 dans des conditions inhumaines.

Disant cela, je veux attirer l’attention de tous ceux qui usent de procédés d’intimidation et de chantage que nous sommes là pour le Mali, au service du Mali.
Nous ne sommes pas impressionnables ! Ni intimidables !

Biographes, à vos plumes ! Universitaires à vos plumes ! Aînés et cadets de familles, à vos plumes !

La Sahélienne, Le Mouvement Malivaleurs et PEN MALI seront toujours là, au nom du débat d’idées, au nom des principes qui guident le combat des intellectuels indépendants des chapelles en tous genres et des officines politiques.

14 Avril 2016

Ismaila Samba Traoré                                                                                      www.ismailasamba.com

Destins de Femmes, de Salimata Togora

Image

ob_880011_destins-de-femmesQuatrième de couverture : Une femme de cinquante ans raconte les soubresauts de son mariage sur vingt années de vie, la trahison de son conjoint et son combat pour construire une nouvelle vie conjugale… Une adolescente tient un journal intime. Il est question d’une famille polygame où «les VIP du coin, Papa et sa première épouse» écrasent le reste de la famille. Il est question d’une rue du quartier où la violence conjugale régente les ménages, les coucheries aussi. Et les enfants, ces grands oubliés de tous, «s’ennuient de cette vie creuse dont le seul idéal est de manger à sa faim». «Je sais qu’un jour je partirai»: telle est la conviction de l’adolescente écartelée. Salimata Togora met en scène le destin tourmenté d’une communauté rurale où femmes et hommes vivent dans la précarité et les crispations. Lorsque naît dans ce décor un enfant, fruit d’une relation où l’amour est à sens unique, alors les interdits centenaires volent en éclats, sous les coups de boutoir des nouvelles générations. Ce livre campe la mal vie d’une société malienne prise entre rêves brisés et destins tragiques…

L’auteur : Née à Bamako  en 1980, Salimata TOGORA a été toujours attirée par l’écriture très jeune,  grâce à une imagination fournie par les contes et les histoires que lui racontait sa grand-mère pendant son enfance. Elle va commencer à écrire ses premiers textes au collège, s’amusant  de transformer ses exercices de rédaction française à de courtes nouvelles. Un genre littéraire qui va s’imposer à son écriture de façon naturelle.Etant également douée dans les matières scientifiques, après son baccalauréat avec mention, elle bénéficie d’une bourse d’études pour le Maroc. Elle y obtient une Maitrise en mathématiques appliquées de  l’Université Cadi Ayyad de Marrakech, au sein de laquelle elle est lauréate d’un prix de littérature en 2005 pour sa nouvelle « Le regard »…

Plus d’information sur l’auteure cliquer sur le lien suivant : http://sali-togora.over-blog.com/2016/06/biographie-de-salimata-togora.html

Parution : 2016

Couverture :  Marc Dembélé

Acheter le livre :
- Dans tous les points de vente des éditions La Sahélienne

 

Ma Famille, de Cheick Tidiane Traoré, écrivain à 10 ans

 

Livre de cheick TidianeQuatrième de couverture et auteur :Checik Tidiane est né en 2005 à Bamako. Il a été initié à l’écriture au sein des ateliers de PEN MALI à partir de 2012. Ce benjamin de la littérature malienne est l’auteur d’un autre texte intitulé « la Tristesse » et il a coécrit « Mon frère Ismael » avec sa petite nièce Fatoumata Dramé. Ce livre  » Ma Famille » a été publié grâce à l’appui technique et financier du centre  PEN Mali qui milite pour l’éducation et le leadership des jeunes. Il est également membre du club Littéraire et Artistique du centre PEN Mali de l’école Sacrés coeur

Parution : 2016
ISBN : 978-99952-54-62-9
Format : 20 x 20 cm

Illustrations :Karim Diallo

ISBN 978 99952 70 04 9

Acheter le livre :

- Dans tous les points de vente des éditions La Sahélienne

0U2A2113